Aller au contenu

PERCEPTION

La prétention qu’ont les humains de penser que ce qu’ils savent est la vérité absolue!

J’ai grandi au Congo dans la ville océane de Pointe-Noire, plus précisément dans un quartier appelé Grand-Marché. Nous congolais, étions comptés sur le bout des doigts car il était  majoritairement habité par des gens de l’Afrique de l’ouest, les ‘‘ouestafs’’ on les appelait.

Un jour, dans la cour de récréation,  il y avait un débat sur le fait que les ouestafs lavent à la main leur derrière après être allés au petit coin. Non ce n’était pas un débat: les congolais se moquaient de cette pratique car  »c’est dégueulasse ».
Une amie de nationalité malienne, Binta, s’est défendue faiblement en disant: moi au moins je sais que mes fesses sont très propres car après avoir utilisé le papier hygiénique je les lave aussi, en plus j’utilise la main gauche. Les congolais ont ri de plus belle. Rien n’aurait pu être dit pour justifier qu’elle utilise une de ses mains pour se nettoyer: on utilise le papier hygiénique voyons, tout le monde le sait.
Personne n’a eu la présence d’esprit de lui demander pourquoi elle avait spécifié qu’elle utilisait la main gauche. Voyez-vous j’ai appris plus tard que dans leur culture, il y a des choses qu’on ne peut faire avec la main gauche tel que saluer, toucher la nourriture ou donner de l’argent. En précisant cela, elle voulait signifier qu’elle n’avait pas souillé l’autre main, celle avec laquelle elle fait ces choses. Mais cela n’intéressait personne, elle était déjà cataloguée, jugée et condamnée.

Durant cet échange, je restais calme et j’observais. Bien qu’ayant grandi dans une réalité où n’utiliser que le papier hygiénique est la norme, je ne comprenais pas pourquoi les autres s’offusquaient autant de cette pratique. Binta avait bien précisé qu’elle utilisait d’abord le papier hygiénique puis lavait son popotin, n’était-elle pas juste plus “maniaque’’ que nous? Je m’abstenais de dire haut ce que je pensais, j’étais déjà le punching ball de mes camarades de classe pour plusieurs raisons. Je n’allais pas me les mettre à dos sur ce débat aussi.

Des années plus tard, me voilà en Italie, je découvre un élément dans la salle de bain  dont j’avais connaissance grâce à mes lectures mais que je n’avais jamais eu l’honneur de voir: le bidet.
Lors d’une conversation avec des collègues, en leur racontant  mes vacances en France, je leur disais que je trouvais amusant que le bidet soit une invention française. En effet, on en trouve rarement dans leurs salles de bain alors qu’en Italie il n’en manque jamais.
Elles étaient ébahies:

«Comment est-ce possible? comment se nettoient-ils après avoir déféqué? 

-Beh ils n’utilisent que le papier hygiénique

-Et c’est tout?

-Oui

-Et au Congo vous faites pareil?

-Oui

-J’y crois pas! Même mon frère de cinq (5) ans sait qu’après le papier hygiénique il doit se laver les fesses quand il a fait la popo. Tout le monde le sait. Ma si sa, i francesi sono lurdi (de toute manière c’est réputé que les français sont sales).»

 Par ricochet les congolais, pensais-je. Rires

J’ai tout de suite pensé à Binta, je me retrouvais cette fois de l’autre côté de la barre car une pratique que les autochtones considèrent normale m’était étrangère et on me qualifiait de  »sale » juste parce que je ne la pratiquais pas. Pourquoi ne pas m’expliquer avec bienveillance la nécessité de se laver les fesses après avoir utilisé le papier hygiénique, de sorte que j’évalue si je veux l’adopter? Pourquoi juger et cataloguer son prochain parce qu’il pense et agit différemment?
La vérité est que nombreux d’entre nous perpétuent des habitudes et traditions sans savoir le pourquoi du comment, sans jamais les remettre en question: mon père et son père avant lui ont toujours fait ça, alors ça doit se passer comme ça!

Ma famille est très religieuse. Le soir, avant de dormir papa nous racontait à mes frères et moi  des histoires sur David, Samson, Joseph et plein d’autres. On se réveillait à 5h pour commencer la journée dans la prière. A 13 ans, après une campagne d’évangélisation, je me sens particulièrement touchée et décide devant des milliers de spectateurs de proclamer: mu ke bika masumu na ku landa Yisu ( j’abandonne le péché pour suivre JÉSUS). Credo que l’on prononce à l’Eglise Evangélique du Congo pour signifier que l’on veut se faire baptiser. Pendant le catéchisme, on m’enseigne l’histoire de l’église protestante, comment nous sommes sortis de l’église catholique parce qu’elle ne respectait pas certains passages de la Bible comme ne pas adorer les idoles, ne pas croire au purgatoire etc.
Comment pouvaient-ils ne pas s’en rendre compte alors que c’est écrit noir sur blanc dans les écritures? me demandais-je! À cet instant, pour moi le fait que les catholiques soient perdus était une vérité absolue.


L’adolescence et la soif de toucher Dieu du doigt aidant, je change d’église et me convertis deux ans plus tard à l’église du  message de William Marrion Branham (WMB), où on me rebaptise “parce que le baptême chez les protestants ne compte pas’’.
L’ironie du sort a voulu que je finisse en Italie, pays contenant l’État du Vatican, siège même de l’Église catholique rires. Il n’y a ni protestant comme je les connais, ni église du  message de WMB, je choisis une église évangélique pentecôtiste.

Lors d’un énième débat au boulot (oui on en a beaucoup), mes collègues découvrent avec stupéfaction que je n’ai pas été baptisée bébé. Cette fois je ne m’arrête pas sur leur ignorance car c’est de cela qu’il s’agit, mais je m’attèle à leur expliquer que tous les pays ne sont pas majoritairement catholiques comme l’Italie. Je leur détaille les différences entre les diverses religions. L’une d’entre elles, très croyante n’en revient pas:

«Donc tu ne pries pas la vierge Marie? Elle qui est si bonne et intercède auprès de son fils pour nous?

-Non.

-Oh ma  pauvre chérie, je vais prier pour toi, que DIEU t’ouvre les yeux: il te manque un élément important dans la foi. »

J’ai failli m’offusquer mais j’ai tout de suite réalisé mon hypocrisie: en quoi avait-elle été différente de moi qui jusque-là avait décrété que les catholiques étaient perdus? Il y avait de la bienveillance dans sa voix, elle croyait sincèrement que j’étais perdue et elle m’a même expliqué pourquoi, versets bibliques à l’appui. Quand je me suis rendue compte que ce serait un débat interminable parce que chacune de nous avait des arguments pour tout, j’ai laissé tomber.
Quelle importance avaient ces petites divergences? Cette femme est l’une de mes meilleures amies de par sa bonté, son intégrité et sa bienveillance. Est-ce si important qu’elle prie Marie? ou que son mari musulman tout aussi bon ne croit pas que JÉSUS est le sauveur (hérésie me dira-t-on, tu es chrétienne). Mais qui suis-je pour imposer à qui que ce soit  que telle ou telle chose soit la vérité absolue, la condition sine qua none pour être sauvé? Je le crois, cela me suffit!

Aujourd’hui quand on me demande où pries-tu, je dis que je fais partie de l’église universelle, celle qui est membre du corps de Christ. Quand je vais en vacances à Paris, je communie dans les églises du message de WMB, en Italie parfois j’accompagne mon amie à des cultes chez les catholiques ou je participe à des cérémonies musulmanes avec son mari tout en continuant à visiter fréquemment l’église évangélique pentecôtiste. Malgré cela, quand je prie dans ma chambre, la foudre ne s’abat pas sur moi.
De même, quand je pars aux toilettes parfois je n’utilise que le papier hygiénique et parfois je me lave aussi le derrière, ça dépend de l’endroit où je me trouve et de mon humeur, rires.

Je pense que chacun de nous a le droit d’avoir une ferme conviction sur divers sujets: ça peut être sur le mariage (polygamie/monogamie), la foi, l’hygiène et j’en passe. Seulement, nous ne  devons pas oublier que cette perception est nôtre et applicable uniquement dans le royaume qu’est notre propre vie. Les autres ont le droit de penser et d’agir différemment et si cela ne nuit pas à notre bien-être, nous nous devons de le respecter. 

Tout est question de perception, certains verront le verre à moitié vide et d’autres le verre à moitié plein. Apprenons à être tolérants!
Jenny, la  fille de Pointe-Noire.

Étiquettes:

3 commentaires sur “PERCEPTION”

  1. Retour de ping : MEUF A BLANCS - IMANIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.