Aller au contenu

CONFESSIONS DE FIN D’ANNÉE

“Alors les filles qu’avez-vous retenu de ces 12 mois? ” 

C’est tellement cliché de poser cette question et d’en faire un article qu’au final l’on est fatigué d’y répondre. 

Chacune de nous sait ce qu’elle a vécu et quoi retenir comme leçon de morale pour 2021, donc no stress ce n’est pas à l’ordre du jour. Afin de conclure notre merveilleuse année, eh oui merveilleuse parce que malgré les hauts et les bas nous sommes arrivées à terme, j’ai décidé de faire le kongosa* dans Imania.

Pour ce faire, les filles ont reçu comme question de la gloire : Racontez votre meilleur (pire) goumin!

On peut définir le goumin comme un chagrin d’amour ou une peine de cœur.  Chaque être humain a sa manière de le vivre selon les sentiments qu’il a eu pour l’autre personne et sa façon de percevoir les choses. Ce qui fait que l’on ne ressent pas la douleur au même degré. 

Je vous emmène pour un voyage riche en émotions, soyez prêts.

Il sied de rappeler qu’il existe plusieurs sortes de goumin. Il ya le goumin de crush, le goumin amical, le goumin professionnel et enfin le goumin goumin qui te fait tourner la tête. Toutefois n’oublions pas que la liste est non exhaustive.  

Le goumin de crush est une peine de cœur que l’on ressent par rapport à une personne qui nous attire mais avec qui l’on a pas pu entamer quelque chose. La première à répondre à la question fatidique c’est notre douce Christie:

La question qui fatigue (Rires). Alors, concernant les goumins, j’en ai tellement eu que choisir s’avère compliqué. Le pire selon moi c’est le fait de ne pas avoir pu être en couple avec mon crush, mais il est plus qu’un crush, c’est la personne que j’aime. Je vous explique : Je reprends contact avec un ami sur qui j’ai toujours craqué et vice-versa. L’entente est là, le feeling, et l’on se rend compte que même l’amour est là. Et un jour on décide ensemble d’avoir la conversation sur “est-ce qu’on se met en couple ou pas” Ce jour-là je ne vous cache pas que j’ai pleuré, parce la conclusion de la conversation était “oui nous nous aimons mais non, nous ne pouvons pas sauter le pas parce que ce n’est pas le moment ”. Disons que ça a été un goumin réciproque, aujourd’hui encore nous sommes très proches, mais pas en couple. Un jour, peut-être, mais bon pour l’instant ce n’est pas possible.”

Woooh c’est triste mais bon le goumin ne choisit pas par  qui il passera. Jenny à son tour, avec ses yeux d’innocente nous raconte sa peine d’adolescente:

“J’avais 16 ans et je venais d’avoir mon bac C, je suis une jeune fille sage dont la négligence est accentuée par le fait de fréquenter une église où je ne peux mettre ni  pantalons, mèches, parures ou maquillage. J’arrive au centre d’encadrement un peu désemparée et en cherchant mon nom IL apparaît, le plus beau garçon que mes yeux ait pu rencontrer jusque là et quand Il parle, tu sens que le gars a la tchatche et transpire l’intelligence. Nous faisons connaissance, et aurons l’occasion de nous revoir une seule fois après ce fameux jour. Suivant cet échange je voyage pour l’étranger et n’aurais plus l’occasion de le revoir. Plusieurs questions vont par la suite  me tarauder: et si j’avais accepté de le voir ailleurs? si je l’avais prévenu de mon voyage? Est-ce que ça valait la peine de protéger autant cette virginité ? Et quand par nécessité je devais créer un compte gmail, le nom me viendra naturellement: “monbeaumirage”, car oui ça n’a été que ça un mirage, une illusion, une non-relation que j’ai beaucoup idéalisé pendant longtemps. Plus tard, j’ai appris qu’à l’époque de notre rencontre le gars était peinardement en couple mdr, ils vivaient même ensemble et avaient un enfant. Mirage c’était destiné à être, il n’y a jamais rien eu de réel. Aimons avec le coeur mais n’oublions pas la tête, du coup j’avais bien fait de mettre les barrières hahat ”

Heureusement pour Jenny, elle a été intelligente de n’avoir rien tenté avec ce dernier. Triste est de constater que le chagrin de crush fait aussi mal que les autres  même si on se retrouve face à une histoire sans suite.  Aussi, rappelons qu’il est possible d’avoir un chagrin à cause d’un ami que l’on aime beaucoup. C’est le cas de notre biologiste Sylvia: 

Ah cette affaire de goumin! Ça fait mal, ça ronge et ça demande beaucoup de temps pour s’en remettre. Mon plus grand goumin a été amical. C’était une personne avec qui je passais la plupart de mon temps, je rigole pas hein! A une période, je la voyais 7j/7: du lundi au samedi au lycée et le dimanche à l’église, de plus on s’asseyait ensemble. Vous imaginez qu’il m’était impossible de concevoir qu’il y aurait un jour rupture entre nous.
C’était réellement une période difficile lorsque nous nous sommes froissées. Plusieurs personnes de notre entourage commun ont essayé de rabibocher les choses en vain. Faut dire que naza mutu makasi pe**
Le côté positif de ce goumin c’est que désormais je n’essaie pas de trouver une copie de moi chez mes ami.e.s. J’ai appris à embrasser leurs différences et le fait qu’ils ou qu’elles sont des personnes à part entières.”

Je n’aurai jamais imaginé ressentir une telle douleur en lisant le témoignage de Sylvia. Eh oui, le goumin amical fait mal ! 

Certaines histoires d’amour ne finissent pas par “ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants”. L »amour ne rime pas forcément avec «éternel» et quand tout s’arrête, le chagrin d’amour nous fait passer d’un état à un autre. Ainsi on peut passer des larmes à la haine, de la colère à la déprime et enfin à la résignation. C’est pourquoi il arrive de se demander si l’on sera capable de se remettre du chagrin ou même d’aimer à nouveau. C’est le cas de Exaucée, Anges et Estia. Par bonheur elles se sont relevées et en rigolent aujourd’hui. Pour Exaucée ça été une joie de rompre avec cette personne, elle nous le raconte en ces termes:

Le plus grand c’était de rompre avec une merveilleuse personne qui me correspondait beaucoup mais avec qui on ne partageait clairement pas la même vision des choses. Nos chemins ne convergeaient pas alors, nous avons  décidé de mettre fin à cette relation.  Le plus dur était qu’on se comportait toujours l’un envers l’autre comme partenaires. Lorsqu’il a décidé de couper le contact brutalement du jour au lendemain, c’est là que le vrai supplice a commencé. J’ai découvert que l’affaire de goumin là fait vraiment maigrir. 5kg perdus en une semaine, des nuits de matanga (la veillée) et d’insomnie… Mais avec le recul c’est la meilleure décision qu’on ait prise ».

Anges à son tour témoigne dans la même optique en affirmant: 

Laisse-moi rire! Mon plus grand goumin reste la meilleure décision de ma vie. Disons que je fréquentais quelqu’un qui sur le papier correspondait à ma perfection. Cependant sur le long terme, ce papier s’effritait pour laisser apparaître la moisissure. Un jour, j’ai fait une prière sous le coup d’une impulsion. Vous voyez le genre de prière où vous êtes totalement abandonné à Dieu. J’ai demandé un truc précis! 2 semaines plus tard, il m’annonçait de la plus belle des manières (et ce n’est pas un jeu de mots), qu’il était mieux qu’on en reste là avec exactement ce que j’avais dit à Dieu. Il avait réservé un resto, nous avons discuté, nous nous sommes tenus la main et c’était la dernière fois. Il m’a raccompagné, c’était la fin. C’est à ce moment là que je me suis dit « qui m’a envoyé parler au seigneur mdr » le déni! Toutefois, Dieu avait un plan. Un meilleur plan!” 

Pour couronner le tout, notre Estia n’a pas n’a pas été la plus heureuse dans ses peines de cœur. Elle en a vécu une succession à tous les niveaux qui fait qu’elle se retrouve dans la plupart des goumins que nous connaissons. Voici son témoignage: 

L’année 2019 a été celle de mes plus grands goumins. J’avais déjà été déçue mais pas à ce niveau. Au point où j’ai senti que j’avais perdu des piliers. J’ai été trahie par mes amis avec qui je travaillais sur un projet, par des membres de ma famille et le coup de grâce a été donné par mon copain de l’époque. Les situations étaient très similaires, ce qui ressortait de chacune d’elles c’était une seule chose « l’intérêt guide l’homme”. J’ai appris que je n’étais qu’un pion pour ces personnes que j’ai aimé. Elles ne se sont pas gênées de me pointer un couteau dans le dos lorsque cela servait leurs intérêts ou tout simplement quand je ne leur étais plus utile. La fin d’année a été difficile, je l’ai passé dans ma chambre à pleurer mes goumins accumulés pendant ces 365 jours.

Durant notre vie, on est amené à faire face à différentes déceptions, tant amicales, professionnelles que amoureuses. Certaines seront plus difficiles à accepter que d’autres, qui pour leur part seront plus dures à surmonter. Néanmoins, nous n’avons pas le choix que de surpasser les obstacles et les échecs amoureux afin de parvenir à réparer nos déceptions et éviter d’en revivre, même si elles font partie de notre existence. 

Quand bien même il est triste de faire le deuil d’un goumin, cela semble bénéfique pour notre vie car il nous forge, nous enseigne de nouvelles leçons, nous rend fière de ce que l’on a accompli et de ce nouveau chapitre que nous réserve la vie. 

Dear new chapter : go easy on me***et bonne année à tous !!!

Céleste 

*les ragots 

**il faut dire que j’ai aussi la tête dure 

*** cher nouveau chapitre : Vas-y doucement avec moi

2 commentaires sur “CONFESSIONS DE FIN D’ANNÉE”

  1. Yeeeeh affaire de goumin 😅 là on ne peut rien y faire aussi dure qu’il soit, Ça fait parti de nous, de notre vie et donc le plus important ne serait que de se relever et d’en tirer les bonnes leçons et bonnes résolutions 😉😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.