LE HARCÈLEMENT DE RUE

Source image: Le figaro via iStock

Triste est de constater que de nos jours, au Congo, la femme est encore perçue comme un objet de plaisir. Elle est considérée comme une personne faite soit pour donner du plaisir aux hommes soit pour leur faire plaisir c’est-à-dire à répondre à leurs exigences. Certains diront que ce n’est pas le cas et nombreux partageront mon avis. En milieu public, la femme est souvent interpelée de plusieurs façons qui, à répétition virent au cauchemar pour cette dernière. Ainsi, j’aimerai vous parler d’un phénomène assez courant qui est appelé ” Harcèlement de rue “.

Le harcèlement de rue désigne des pratiques de harcèlement sexuel subies principalement par des femmes mais aussi par des hommes dans l’espace public ( sifflements, bruit de bouche, divers commentaires, insultes et interpellations, etc). Le harcèlement peut être défini comme un enchaînement d’agissements hostiles répétés visant à affaiblir psychologiquement la personne qui en est la victime. 

Dans le monde, plusieurs femmes sont victimes de harcèlement de rue. Elles sont obligées de rester calmes et fortes quand les hommes les traitent  comme des bêtes de foire dans le but d’obtenir leurs numéros à des fins pas très catholiques. Certaines femmes sont approchées à coup de sifflets, regards insistants et de salutations ou encore avec le classique “s’il vous plaît madame je peux vous parler ?” qui semblent anodines mais avec la suite l’on comprend que les intentions ne le sont pas . Dans ce genre de cas, ce sont plutôt les hommes avec un peu plus d’éducation qui essaient de maquiller leurs intentions avec de faux semblants. Mais dans un autre cas, il y a des sauvages qui ne supportent pas le refus d’une dame qui suite à celà la traitent de tous les noms et vont jusqu’à insulter son physique.

En réalisant un sondage sur Twitter, j’ai constaté qu’énormément de  femmes se font harceler tous les jours par des hommes dans la sphère publique. Elles doivent continuellement se méfier des inconnus surtout de ceux qui arborent des airs gentils afin de ne pas se retrouver dans des situations embêtantes. Une femme témoigne : 

 “La 1ere fois qu’un homme m’a interpellé et m’a demandé de coucher avec en me montrant son sexe alors que je marchais  tranquillement, il avait fait semblant d’être perdu me demandant de l’aide. Je n’avais remarqué son sexe jusqu’à ce que je me sois rapprochée vu qu’il était en voiture et de loin c’est que le haut du corps que je voyais.” 


Craignant pour leurs vies qu’elles sont obligées de prendre sur elles et de garder leur calme:

 “Je dormais à l’aéroport, j’étais seule et un Monsieur est venu m’aborder. Je lui ai dit que je n’étais pas intéressée puis il a commencé à me dire qu’il avait tué son fils, qu’il avait toujours une arme etc.. Il réitère son intérêt et il me dit qu’il peut me tuer… eh je priais comme jamais. Je croyais vraiment que c’était la fin…. après il m’a demandé si j’étais chrétienne j’ai dit oui et il a dit un truc genre « Dieu te garde doudou » puis il a fait un signe de croix et je suis partie”

La manière dont une femme est abordée dépend de l’homme qu’elle a en face d’elle.

“Un soir je rentrais chez moi et il y a un type qui m’arrête. Je croyais qu’il voulait des renseignements ou autre… Mais non, ce taré il m’explique qu’il m’avait repéré depuis l’arrêt de bus et qu’il avait emprunté le même bus que moi alors qu’il allait dans la direction opposée” 

Marcher seule dans la rue devient dangereux.

Comme ces femmes, j’ai aussi été victime de harcèlement. Pour ma part, mon histoire se déroule un samedi après-midi. J’étais sur le point de rencontrer un ami,  je me suis arrêtée l’attendre proche d’une pharmacie. Je vous jure que si je savais que j’allais vivre cette situation je n’aurais pas accepté de l’attendre là. 

En moins de cinq minutes j’ai eu droit aux interpellations de trois messieurs , chacun à son tour m’appelait de manière indécente afin que je les rejoigne pour des discussions privées dans leur voiture ou dans le lieu où il se trouvait.

Le premier me faisait signe de la main, une manière de me demander de me rapprocher de lui tout en me portant un regard insistant (rire). Le second qui était en voiture, s’arrête subitement et me demande “C’est toi Aïcha? On m’a demandé de venir te chercher”. Je lui ai répondu que ce n’était pas moi et il insistait quand même; quand il a compris que je n’étais pas intéressée il est parti.  Enfin le dernier est descendu de voiture pour une transaction Mobile Money, pendant qu’il effectuait son opération, il me jetait quand même des regards en coin pour ensuite me sortir un “madame vous partez où ? Je peux vous déposer”. Je lui ai répondu que ça allait et que je me débrouillerai. Il a continué à  insister mais s’est brusquement arrêté une fois que mon ami est arrivé. 

A la différence de mes interpellateurs, d’autres se contentaient de me lancer de simples regards. Ces messieurs pouvaient être des pères de famille, des maris et des frères…. Malgré cela ils se permettaient d’avoir des comportements déplacés envers une personne qui pouvait être leur fille, tels des pervers ou des pédophiles.

De mon côté, je me sentais mal intérieurement, je me sentais sale, coupable comme si c’était de ma faute que ces hommes portent leur attention sur moi. Devant eux, j’ai dû garder la face, j’ai joué à la femme stoïque, que rien ne pouvait ébranler. Lorsque mon ami est venu me chercher je lui ai raconté les scènes ; il a trouvé normal le fait que je vive cela. Comment vous expliquez qu’à ce moment-là je me suis sentie trahie. Je me suis sentie honteuse d’avoir cru que mon ami pouvait me défendre et comprendre mon ressenti.

La réaction de mon ami n’est pas étrange parce que plusieurs personnes évoquent des réactions similaires de la part des hommes.  On peut citer :

“ Ils rigolent et ils disent que c’est normal parce que je suis une femme, je suis appelée à plaire aux hommes  et que je ne peux rien y faire.”

“Si tu lui plais vraiment c’est normal qu’il insiste. Tu peux rater l’homme de ta vie comme ça! Foutaises… ”

Tout ce que l’on ressent est de la faute de la société. Celle-ci a toujours désigné la femme comme à l’origine de son harcèlement; soit parce qu’elle est jolie, soit bien habillée ou pas assez couverte. La société nous a tellement inculqué ces notions qu’au final nous avons embrassé cette culpabilité.

On a tellement retourné le cerveau des hommes et femmes en leur faisant croire que c’est normal d’aborder les femmes (peu importe la manière)  que maintenant s’en plaindre est juste du brouhaha aux oreilles de ces gens. 

Nous, femmes, devons dénoncer ces comportements d’hommes des cavernes. Il est temps que nous puissions sortir de ce silence où chaque fois qu’une personne nous interpelle nous restons calmes. Il est temps de passer à l’offensive et de faire comprendre à chaque assaillant que ce qu’il entreprend n’est pas de bonne mise.

Au Congo, le législateur doit penser à voter une loi pour la protection de la femme contre le harcèlement de rue afin de dissuader les harceleurs. Des associations doivent sensibiliser les hommes sur la façon d’aborder une personne afin que cela ne puisse pas virer au harcèlement, puis les femmes afin qu’elles apprennent à mieux gérer ce genre de situation. 

La gente masculine devrait comprendre que la femme ne doit plus être chosifiée, elle n’est pas destinée aux plaisirs masculins. Les hommes doivent voir en la femme une égale, une carriériste, une battante comme Jeanne-d’Arc. Les hommes devraient être éduqués sur comment traiter la femme dès le bas âge car depuis la nuit des temps, les femmes jouent un rôle essentiel pour surmonter les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés. Cette éducation doit commencer à la base autrement dit à la maison, par nos parents, frères et sœurs, ensuite elle doit être poursuivie dans le milieu scolaire avec l’instauration de certains programmes éducatifs.   

En définitive, les femmes doivent être entendues, valorisées et appréciées dans l’ensemble de la société.  

Céleste.

Notes: Certains témoignages ont été modifiés pour une meilleure compréhension.

Étiquettes:

6 commentaires sur “LE HARCÈLEMENT DE RUE”

  1. Belle plume! Je suis à Bamako au Mali 🇲🇱. Votre situation reflète la réalité de ma ville. Les femmes subissent le même sort et quasiment avec les mêmes habitudes que vous venez de décrire. Au Mali, nous sommes en train de mettre en place une loi de prévention, de répression et de prise en charge de beaucoup de VBG dont le harcèlement ordinaire et celui fait au travail. Mais, le discours conservateur barre la route à cette loi. Maman Afrique n’est pas ce continent insensible aux violences faites aux femmes. La bonne manière doit être prêchée. Bonne lutte à nous. Ensemble, nous ferons notre mieux. Le blog nous permet de toucher des horizons inimaginables.
    Issa DOUMBIA, Blogueur malien.

  2. Seulement moi je pense que ces harcèlement intensif sont exagérés par les hommes, mais je tiens a signaler que 80% d’harcèlement son provoqué par les femmes disons les victimes.

    1. Je vous connais pas mais je crois que vous êtes un homme par votre manière d’écrire. Car moi étant une femme, je peux pas me permettre de dire que ce sont les femmes qui provoquent ce genre harcèlement 😢

    2. Je suis sidéré quand je lis de telles propos.. 80% c’est quand même énorme vous croyez pas??
      Dire que 80% provoquent les “harcèlement de rue” c’est dire que plus de la moitié des femmes quand elles sortent de chez elles veulent se faire harceler lol comme si se faire harcelé était une expérience agréable qu’on aimerait vivre tout le temps .. et les 20%? C’est pour les nonnes(bonnes sœurs) ou bien?
      J’ai vu une image récemment sur Facebook qui condamnait une femme d’avoir causé un accident à cause de ses formes, on arrive à un point où la personne doit se sentir coupable d’avoir des rondeurs ou une poitrine généreuse! C’est quoi ce monde???

      Les hommes ont bien des corps attirants mais c’est pas pour autant qu’ils se font harcelé dans la rue.. ce qui est drôle c’est que ces mêmes personnes qui disent que c’est normal seront fou de rage si c’était à leur proches que ça arrivait… à un moment donné il faut savoir ce qu’on veut!!!

  3. Retour de ping : VIOLENCES À L’ÉGARD DES FEMMES – IMANIA

  4. Retour de ping : RENCONTRES DE QUALITÉ - IMANIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *