Aller au contenu


SPIRITUALITÉ

Source photo : istockphoto.com

De tout temps, les individus se sont questionnés sur l’origine de la terre et sur les phénomènes naturels. C’est là que sont apparues les premières formes de pensée : les mythes puis la religion. Nous nous sommes satisfaits des réponses données par celles-ci et en avons tiré des leçons de vie. La spiritualité a servi à éduquer les hommes et à préserver l’harmonie entre eux. Elle était liée à la politique et à la science. On peut le constater en lisant les livres sacrés ou en s’informant sur certaines doctrines.

Avec le temps, les hommes se sont détachés de ce système et ont dissocié la croyance de la connaissance. Nous avons appris à nous fier à des sources beaucoup plus réalistes et à briser les barrières sociales qui nous dictent notre destinée. La gestion de la communauté n’est donc plus laissée à la providence. En plus de cela, le brassage des cultures a favorisé la création de lois qui permettent aux citoyens de vivre ensemble bien qu’ils ne soient pas tenus d’avoir les mêmes croyances. Dans un monde où la politique et la science sont désormais séparées de la spiritualité, cette dernière garde quand-même son importance.

Religion ou Spiritualité 

Les termes religion et spiritualité présentent à la fois des aspects similaires et différents.

Tous les deux ont pour base d’établir une relation intime avec son créateur. Dans le cas de la religion, les principes et les normes sont dictés par la société. Elle regroupe un ensemble d’individus qui ont une même vision de l’être supérieur et qui ont choisi de le célébrer par des rites communs. La spiritualité quant à elle c’est se laisser pleinement guider par l’être supérieur et non par des hommes.

En d’autres termes, un être religieux s’attache à un schéma habituel selon les normes des organismes religieux pour pouvoir maintenir son rapport avec le divin, alors qu’un être spirituel communique avec lui selon la direction que celui-ci lui donne.

Pourquoi être spirituel ?

La piété nous apprend à être des meilleures personnes. Elle permet à l’homme de mieux se connaître, c’est-à-dire de découvrir sa véritable identité, de prendre conscience de cela et de pouvoir être assez éveillé pour écouter, voir et toucher le divin. C’est en emboîtant le pas dans cette relation avec lui, que nous arrivons à guérir de nos blessures intérieures.

D’un point de vue intellectuel, elle nous donne le sentiment d’être attachés à une entité puissante, elle nous rassure sur la justice absolue et nous donne un idéal de vie : celui de servir son créateur.  Aussi, en tant qu’êtres conscients, notre instinct de survie nous pousse à craindre la mort, nous sommes effrayés à l’idée de disparaître. Dans ce sens, la spiritualité nous rassure sur notre existence dans l’au-delà.

Comment vivre la spiritualité?

Elle se pratique en entretenant une relation personnelle avec le divin. Cela se fait au quotidien, dès lors qu’on décide d’appliquer les préceptes auxquels on croit. Pour Estia, c’est être reconnaissante envers l’Eternel, être bienveillante avec les autres et respectueuse de la nature. Selon Christie, c’est être en communion constante avec son créateur et être à même d’accomplir la mission pour laquelle il lui renouvelle le souffle de vie tous les matins.

Pour d’autres personnes cela se manifeste par le fait de respecter une catégorie de personnes et d’animaux. Il y a également des restrictions physiques (ne manger que certains aliments, s’habiller de manière décente ou ne pas avoir de rapports charnels…). La méditation et la prière sont un moyen de garder le contact avec le créateur et de lui confier le cheminement de notre vie. Il y a également des enseignements disponibles sous plusieurs supports : les livres, les messages, les prédications… Ils sont très importants car lorsque nous sommes conscients d’être imparfaits, nous devons être prêts à apprendre afin de nous améliorer dans notre marche intime.

Chacun est libre de pratiquer sa spiritualité comme il veut. Quel que soit le schéma utilisé, le but ultime doit être d’entendre le divin et de pouvoir réellement être relié en tout temps à lui.

La religion est-elle l’opium du peuple ?

La dévotion n’est pas dangereuse mais elle peut ouvrir la porte aux pratiques néfastes. La religion à la base  était  un ensemble de croyances qui permettaient  à l’homme de se construire une relation avec le divin. De nos jours, elle est devenue un ensemble de méthodes qui nous font croire à des pratiques surnaturelles. C’est le cas des personnes qui sont prêtes à faire couler du sang pour pouvoir réussir. Dans ce sens, il s’agit d’une approche toxique car on se trompe de chemin. Au lieu de vouloir bâtir une relation avec une entité suprême , on se retrouve à invoquer des esprits malsains et même à copier la vie spirituelle d’autrui. On utilise des concepts positifs comme excuse pour se mutiler, manquer de tolérance et abuser des autres.

Une spiritualité positive

Dans la pratique de sa foi, il faut privilégier cette relation intime avec cet être supérieur et ne pas laisser son prochain prendre le dessus sur celle-ci. La spiritualité doit être un univers personnel dans lequel on laisse le divin nous conduire selon son bon vouloir. Le fait de se laisser guider par lui nous empêche une certaine manipulation par des hommes investis d’un certain charisme spirituel qui sont entre  autres des gourous. 

Estia et Christie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.