VIOLENCES À L’ÉGARD DES FEMMES

Source image: ONU Femmes

Récemment, j’étais en train de regarder le dernier épisode de la série Karma sur YouTube (une série sénégalaise). L’épisode s’éternisait et j’étais épuisée, je suis donc allée lire les commentaires et c’est là que je vois un commentaire dans lequel une personne disait être déçue d’un des personnages car elle n’aimait pas les hommes qui frappent les femmes. Cette phrase, cette constatation, aussi simple soit elle a déclenché ou devrais-je dire re-déclenché une de mes hantises.

Je vous explique…

Le personnage de la série qui frappe sa femme, donnait l’image de la personne idéale, de l’homme parfait qui aime son épouse… Et qui finit par la frapper.

Ce qui a déclenché ma peur, c’est le fait que les violences faites à l’égard des femmes sont plus présentes qu’on ne le pense et qu’elles peuvent atteindre n’importe qui,  moi y compris. C’est très étrange que cette peur, devenue une phobie, ait refait surface à la suite de cette pensée. Je sais par contre que vous parler, vous prévenir, vous informer sur les violences faites à l’égard des femmes est mon devoir.

Je connais des femmes dans mon entourage qui viennent me parler de ce qu’elles subissent, qui me demandent de l’aide… même de façon indirecte. Je soutiens ces femmes du mieux que je peux, j’essaie de les aider et de les rassurer. Ce que je fait crée un sentiment d’insécurité en moi. Je me dis “et s’il m’arrivait la même chose ?”

Même en tant que femme forte que je suis (oui je me considère comme tel), en tant que féministe, j’ai peur de ce dont  est capable un homme qui fait exprès de ne pas connaitre ses limites et de nuire aux femmes.

C’est pour cette raison que je vais demander à toutes les femmes qui lisent cet article, de continuer à le lire. Que vous soyez des victimes ou non. Qui sait ? Peut être que vous allez vous rendre compte que finalement vous n’êtes pas en sécurité et que vous essaierez de vous en sortir.

Quelles sont les violences faites à l’égard des femmes ?

Le concept de violences contre les femmes englobe l’ensemble des comportements violents, individuels ou collectifs, dirigés contre les femmes. 

Aujourd’hui, la violence à l’égard des femmes et des filles constitue l’une des violations des droits humains les plus répandues, les plus persistantes et les plus dévastatrices dans le monde. Elle demeure également l’une des moins signalées en raison de l’impunité, du silence, de la stigmatisation et du sentiment de honte qui l’entourent.

Ses conséquences sur la santé physique, sexuelle et mentale des femmes et des filles sont multiples: elles peuvent être immédiates ou sur le long terme, et incluent la mort. La violence a des effets négatifs sur le bien-être général des femmes et les empêche de participer pleinement à la vie sociale.

Ces violences sont présentes à la maison ou dans la rue, en temps de guerre ou de paix. Leurs conséquences néfastes n’affectent pas seulement les femmes, mais également leurs familles, leur communauté et leur pays. 

La violence à l’égard des femmes et des filles se manifeste sous des formes de violence physique, sexuelle et psychologique.

Qu’est-ce que la violence d’un partenaire intime ? 

Il s’agit de l’une des formes de violence les plus couramment subies par les femmes dans le monde. La violence d’un partenaire intime est tout comportement d’un conjoint ou ex-conjoint. Ce type de violence existe dans tous les milieux et concerne tous les groupes socio-économiques, religieux et culturels. Dans l’immense majorité des cas, les auteurs de ces violences sont des partenaires intimes masculins. Il arrive aussi que les femmes fassent preuve de violence dans leurs relations avec les hommes et les relations homosexuelles n’en sont pas exemptes non plus.

Un nombre croissant d’enquêtes en population a mesuré la prévalence de la violence d’un partenaire intime, notamment l’Étude multipays de l’OMS sur la santé des femmes et la violence domestique à l’égard des femmes, qui a recueilli des données sur la violence d’un partenaire intime chez plus de 24 000 femmes dans 10 pays, représentant divers milieux culturels, géographiques et urbains/ruraux. 

Parmi les femmes qui ont déjà eu un partenaire intime, 13 à 61 % des femmes interrogées disent avoir déjà subi des violences physiques de la part d’un partenaire; 4 à 49 % d’entre elles disent avoir subi des violences physiques graves de la part d’un partenaire; 6 à 59 % disent avoir subi des violences sexuelles de la part d’un partenaire à un moment ou à un autre de leur vie; 20 à 75 % disent avoir subi un ou plusieurs actes de violence psychologique de la part d’un partenaire au cours de leur vie.

Il est fréquent de voir ces violences coexister. Celles-ci touchent aussi bien les adolescentes que les femmes plus âgées, dans le cadre d’unions officielles et dans le cadre d’unions libres. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rappelle également que  les enfants paient aussi un lourd tribut, exacerbé par l’isolement et les effets de la crise socio-économique. 

Certains d’entre vous se posent la question de savoir, pourquoi elles ne s’en vont pas ? 

La plupart des femmes maltraitées ne sont pas des victimes passives; elles adoptent souvent des stratégies particulières pour renforcer leur sécurité et celle de leurs enfants. Ce qui pourrait être interprété comme de l’inaction de la part d’une femme est sans doute, en fait, le résultat d’une évaluation calculée de ce 

qui lui est nécessaire pour se protéger tout en protégeant ses enfants.  

Certaines raisons pour lesquelles les femmes acceptent de rester dans des relations violentes peuvent être également :

La peur des représailles ;

L’absence d’aide économique;

L’inquiétude pour les enfants ;

Le manque de soutien de la part de la famille et des amis ;

La stigmatisation ou la peur de perdre la garde des enfants en cas de divorce ;

L’amour et l’espoir que le partenaire va changer. 

Malgré ces obstacles, beaucoup de femmes maltraitées finissent par quitter leurs partenaires, souvent après de multiples tentatives et des années de violence.

Dans l’Étude multipays de l’OMS, 19 à 51 % des femmes qui avaient été physiquement maltraitées par leur partenaire avaient déjà quitté leur domicile pendant au moins une nuit,  et 8 à 21 %  l’avaient quitté deux à cinq fois.

Dans le monde, près de 3 femmes tuées sur 5 en 2017  l’ont été des suites de violences infligées par leur partenaire ou un membre de leur famille; 1 femme sur 3 a été victime de violence physique ou sexuelle – le plus souvent par un partenaire intime. Lorsque l’on prend en compte le harcèlement sexuel, ce chiffre est encore plus élevé. 


Image tirée de  Pinterest

Qu’est-ce que la violence sexuelle?

La violence sexuelle se définit comme tout acte sexuel commis contre la volonté d’une autre personne, soit quand cette personne ne donne pas son consentement soit quand celui-ci ne peut être donné. Dans ce dernier cas, il peut s’agir d’un enfant, d’une personne qui souffre d’un handicap mental, en état d’intoxication avancé ou encore inconsciente suite à la consommation d’alcool ou de drogues.

Les actes de violence sexuelle peuvent se produire dans différentes circonstances et différentes situations. Ils comprennent notamment : le harcèlement sexuel  et le viol.

En somme, ce que j’ai voulu en écrivant cet article, c’est de vous montrer ce que c’est que les violences faites aux femmes et vous montrer également que nous n’en sommes pas à l’abri. Aussi, nous devons apprendre à nous en préserver, de même que nos proches. Surtout chères femmes, n’oubliez pas : POUR LES DOULEURS ET LE SANG, ON A DÉJÀ NOS RÈGLES.

Rokia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *