Aller au contenu

Docteur Sylvia NKOMBO NKOULA

Quand j’avais six ans, quelqu’un m’a dit que je ne pourrais jamais être médecin. La logique utilisée était que les femmes ne pouvaient pas être des médecins car elles devaient se préparer et se concentrer à être les meilleures épouses possibles. C’était la meilleure manière de soutenir leurs familles. Je me souviens avoir dit à cette personne que je pouvais et que je deviendrai médecin.

Pendant des années, j’avançais dans cette direction pour prouver à cette personne dont je ne me souviens plus qu’elle avait tort. Ce qui a commencé avec l’expression d’un intérêt, qui s’est transformé ensuite un défi, a fini par devenir une passion et une grande partie de ma vie. Mon amour pour la biologie a continué de grandir et ma curiosité a continué à prendre le dessus sur moi. Guidée par l’excitation, la découverte et les bourses d’étude, je me suis retrouvée ici, au milieu de Paris, étudiante des mécanismes qui contribuent à la division cellulaire.

Cela fait cinq ans que je fais de la recherche au sein du Pintard Lab et ce fut une épopée. Ce chemin fut rempli de leçons de vie, de découverte de soi, de douleurs et de pleurs.

Il y a quelques années, mon père m’a dit :

 « Personne ne peut arriver au niveau doctorat en ne comptant que sur ses efforts personnels ».

Il avait tellement raison. Je n’ai pleinement saisi le sens de ses mots qu’à sa mort qui survint en plein milieu de ma thèse.

Ce travail de thèse est dédié à mon père Edmond Espérance KOMBO. Si ce n’était pas pour toi, je ne serais en aucun cas ici. Tu as ouvert la voie pour moi. Où que tu sois, je veux que tu saches que la seule raison pour laquelle je n’ai pas lâché les bras, c’est parce que c’était ton dernier souhait.

Outre mon père, beaucoup de gens m’ont entouré et n’ont pas hésité à me donner un coup de main en cours de route. Sans eux, je n’aurais pas pu transformer ce qui était un rêve en réalité. Ils ont constitué le meilleur système de soutien qu’une personne pourrait demander.

Je tiens à remercier sans ordre particulier :

– Ma maman Julienne NKOULA, merci d’avoir toujours été là pour moi. Merci d’avoir choisi un doctorat au lieu de petits-enfants. Je suis éternellement reconnaissante pour ton souffle de vie. J’ai hâte d’être plus présente dans ta vie.

-Les différentes familles qui se sont assurées que j’avais une maison, « a home away from home »:

  • Les MOURONs ;
  • Le MPANDIs;
  • Les STIEDAs;
  • Les PELLOUX.

-Mes frères ;

-Tous les membres de ma famille qui m’ont soutenu de près ou de loin,

-Mes amis, vous dont les oreilles ont écouté mes griefs et mes joies. Merci d’avoir supporté mes tirades, ces innombrables heures de science. Merci pour les repas partagés, les sourires et les rires. Je ne mérite pas la qualité d’amis que j’ai. Vous êtes des joyaux.
Que je vous connaisse depuis le Congo, dans le cadre d’Ebale, d’Imania, de Pearson, de Lewis and Clark, de Sorbonne Université, de l’Institut Jacques Monod ou d’ailleurs,

-Membres passés et présents du laboratoire Pintard.

– Magnifique merci aux membres de mon  jury.
Merci pour votre temps et d’avoir accepté d’évaluer ce qui est sorti de cinq ans de travail. J’espère que vous apprécierez ce projet autant que moi.

-Je veux exprimer à quel point je suis reconnaissante aux membres du comité de thèse. J’ai toujours attendu chaque réunion avec impatience car elles étaient l’occasion de discuter de science, d’analyser les résultats et de suggérer plus de voies à explorer. Ces réunions étaient peut-être l’environnement scientifique le plus stimulant auquel j’ai été exposée. Je ne me sentais pas dépréciée et vous avez toujours apprécié ma contribution. J’ai appris à faire de la bonne science avec vous. J’avais l’impression d’interagir avec des pairs aussi intéressés que je l’étais dans ce projet. Ces réunions ont fait de moi la plus heureuse et m’ont gardé à flot. J’aurais espéré qu’il y en aurait plus.

-Je tiens à remercier les membres généraux de l’Institut Jacques Monod qui ont contribué à rendre cette expérience unique et solidaire.

-Des remerciements spéciaux à Estia et Vivian pour avoir été un support infaillible dans la prise en charge de ma santé mentale. Je serais partie sans vous.

-Mes remerciements les plus sincères à Vivian pour avoir édité ce manuscrit. Tu es le joyau le plus précieux. Qui aurait deviné qu’un amour pour les mangues créerait une amitié aussi forte.

-Enfin, je tiens à remercier Lionel Pintard, mon directeur de thèse. Ce projet ne s’est pas nécessairement déroulé comme nous l’avions envisagé. Néanmoins, je te suis reconnaissante de ta volonté d’apprendre et d’écouter. Je suis heureuse que la conclusion de cette aventure soit une défense. Merci encore pour 5 ans de croissance.

Depuis mon enfance, puis durant les années de  collège, lycée, bachelor et études supérieures,
Du Congo au Canada, des États-Unis à la France,
En aucun cas, je n’aurais franchi cette étape sans vous.

Sylvia

8 commentaires sur “Docteur Sylvia NKOMBO NKOULA”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *